Photographie en immersion

Photographie en immersion

cortis_sonderegger_theatreverdure_cropped

 

“ On peut braver les lois humaines mais non résister aux lois de la nature. ”
Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers

Il n’y a pas si longtemps, pour révéler une photographie il fallait la plonger dans trois bains successifs. Trois liquides qui permettaient de
développer et de conserver une image : le révélateur, le bain d’arrêt et le fixateur. Dans la salle obscure, à la lumière d’une ampoule rouge, l’odeur d’ammoniaque était forte, le temps long et le résultat incertain.

Avec le numérique, plus besoin de révélateur ou de bain d’arrêt. L’heure est à la vaporisation: les liquides sont devenus nuages, et les clouds font désormais office de « fixateur » virtuel en stockant les images prises par les smartphones du monde entier. C’est au cœur de cette tension entre analogique et numérique que l’importance de l’élément liquide dans la photographie a inspiré la programmation de l’édition 2016 du Festival Images Vevey. Jouant de sa proximité avec le lac Léman, l’un des plus grands d’Europe, le Festival a conçu ses installations autour de la thématique de « l’immersion ». En extérieur comme en intérieur, pour chaque série présentée, le Festival cherche une formulation scénographique originale, prolongeant le propos artistique sous une forme participative ou inattendue. Au final, ce sont 75 projets avec des artistes de quinze pays différents qui plongent le festivalier dans l’univers submersible de la photographie contemporaine.

Le terme « immersion » est envisagé au sens large, à la fois dans sa composante littérale, soit l’action de plonger dans un liquide, mais aussi dans l’aspect immersif d’une démarche ou d’un environnement artistique. Parfois c’est le photographe qui se jette à l’eau, qui y trouve son inspiration, magnifie les littoraux ou manipule ses images avec du liquide ; d’autres fois ce sont dans les profondeurs abyssales d’internet et des médias que nous emmènent les séries présentées. Ce fil rouge permet autant d’immersions dans des régimes politiques totalitaires, des cycles de vie, des cultures étrangères, des nuages surréalistes ou informatiques et même dans des vapeurs de parfum.

À votre tour de vous jeter à l’eau: bienvenue à Vevey, ville d’images !

Stefano Stoll, directeur