Expositions

Aglaia Konrad

Autriche - 1960
06 Nov - 21 Déc 2013
© Aglaia Konrad

© Aglaia Konrad

Née en 1960 à Salzburg, Aglaia Konrad vit et travaille à Bruxelles. Elle suit une formation à la Jan van Eyck Akademie de Maastrich de 1990 à 1992 où elle enseignera par la suite. Aglaia Konrad a participé à nombre d’expositions collectives – on peut citer la Documenta X de Kassel (1997), l’exposition Global Cities à la Tate Modern de Londres (2007) ou Manifesta9 de Genk (2012) – et présenté son travail en solo notamment en Belgique, en Allemagne ou aux Etats-Unis. Son travail a été récompensé par le Otto Mauer Preis en 1997,  le prix Camera Austria de la ville de Graz (Autriche) en 2003 ou l’Infinity Award de l’ICP (New York) pour la publication « Desert Cities » paru chez JRP Ringier en 2009.

L’Espace Quai1 est consacré à des photographes ayant participé au Grand Prix international de photographie de Vevey. L’exposition de fin d’année est toujours dédiée à l’un des lauréats de ce prix. Ainsi après Paolo Nozolino, Bogdan Konopka et Wolfgang Stahr, c’est au tour d’Aglaia Konrad de présenter le travail qui lui avait valu en 2004 cette bourse d’aide à la création unique en Europe.

Depuis une vingtaine d’années, la photographe documente systématiquement l’expansion des agglomérations urbaines et l’avènement des mégalopoles dans le monde (Sao Paulo, Pekin, Chicago, Dakar…). « Tout a commencé en 1992 lors d’un voyage au Caire où j’ai découvert par accident des chantiers de construction dans le désert égyptien sur lesquels étaient prévues seize nouvelles villes censées loger chacune environ 500 000 habitants. » Elle photographie sous tous leurs angles  – portraits, vues aériennes ou panoramiques – ces cubes de bétons qui semblent comme sortis du sable, dans une tentative presque obsessive de description minutieuse de la topographie de ces lieux.

Les représentations de ces nouvelles villes que nous donne à voir Konrad mettent en avant leur banalité et leur indifférenciation. « Non-lieux » par excellence, selon le terme consacré par Marc Augé, elles mettent en avant le caractère absurde de cette volonté de modernisation de la fin du XXe et du début du XXIe siècle en Egypte. La dimension humaine de ces constructions – pourtant faites pour être habitées – est pour ainsi dire absente. Le traitement des images par l’artiste souligne encore cet aspect : non contente de les prendre en photos, elle les reproduit, les découpe et les photocopie. Cette reproduction potentiellement infinie souligne l’interchangeabilité des paysages urbains qui figurent sur ces images et en accentue le caractère standardisé. Desert Cities traite de la question des changements sociaux-géographiques et sociaux-politiques induits par ces nouveaux environnements et explore des domaines aussi vastes que les arts visuels, la photographie, l’urbanisme, l’architecture ou la sociologie urbaine.

En 2004, Aglaia Konrad a été la lauréate du 4e Grand Prix international de photographie de Vevey organisé par le Festival Images avec le projet « Desert Cities ».

© Aglaia Konrad

© Aglaia Konrad

© Aglaia Konrad

© Aglaia Konrad

© Aglaia Konrad

© Aglaia Konrad