Lauréat·e·s

Grand Prix Images Vevey 2019/2020

Après trois jours de délibération le jury du Grand Prix Images Vevey présidé par l’artiste Indienne Dayanita Singh et composé d’Emma Bowkett (Directrice de la photographie, Financial Times FT Weekend Magazine, Londres), Lesley A. Martin (Directrice artistique, Fondation Aperture, New York), Christoph Wiesner (Directeur artistique, Paris Photo, Paris) et Francesco Zanot (Commissaire d’exposition indépendant, Milan) a attribué les quatre prix suivants :

Grand Prix Images Vevey

Kristine Potter (Etats-Unis)
Dark Waters

  

Commentaire du jury :

« Le jury a été particulièrement impressionné par Dark Waters, une réflexion de Kristine Potter sur la violence qui imprègne les paysages et la culture populaire du sud des États-Unis. Plus spécifiquement, les membres du jury ont estimé que l’approche gothique et littéraire adoptée par l’artiste pour aborder la tradition américaine des murder ballads méritait d’être soulignée pour la façon dont elle détourne un sujet photographique classique : le paysage américain. Ce travail révèle des histoires méconnues de morts et de violences à l’encontre des femmes. En effet, Kristine Potter relève les descriptions crues de femmes battues ou assassinées dont regorgent certaines chansons traditionnelles des Appalaches ou de blues. Elle localise également cette problématique en photographiant des lieux qui portent des noms tels que Murder Creek (« Le Ruisseau du meurtre »), Bloody River (« La Rivière sanglante) ou Rape Pond (« L’Étang du viol »). Pour son projet, Kristine Potter se propose d’allier vidéo et musique à des photographies en noir et blanc et en grand format, comprenant des paysages ainsi qu’une série de portraits mis en scène inspirés des femmes dont parlent les chansons. Le travail aborde la violence inhérente à ces lieux et ces paroles, ainsi que l’histoire de la photographie de paysage aux États-Unis, largement dominée par les hommes.

À l’unanimité, le jury se réjouit de voir se développer la pratique déjà bien établie de Kristine Potter ainsi que sa relecture de ces sombres mythologies. Bien que sa proposition se fonde sur une tradition et un territoire spécifiques, le jury a estimé que ses implications s’appliquaient de façon universelle aux messages messages violents et genrés qui émaillent, sans qu’on les remarque, la culture populaire contemporaine. »

Kristine Potter

Basée à Nashville, Tennessee, Kristine Potter (1977) a étudié la photographie à l’Université de Géorgie et à l’Université Yale. Lauréate de la prestigieuse bourse Guggenheim en 2018, elle exposé dans de nombreuses galeries et des musées aux États-Unis et en Europe. Déposé dans des collections privées et publiques comme celles du Georgia Museum of Art, son travail a notamment été publié dans des revues tels que Contact Sheet, Paper Journal ou The British Journal of Photography. Sa première monographie, “Manifest” a été publiée par TBWBooks en 2018.

Le Grand Prix Images Vevey est une bourse d’aide à la création photographique. Ce prix de CHF 40’000 (env. € 35’000) permet à un artiste de développer un projet inédit. La lauréate a maintenant une année pour réaliser ce projet qui sera présenté en avant-première dans le cadre du prochain Festival Images Vevey du 5 au 27 septembre 2020.

Les commentaires du jury en vidéo

Grand Prix Images Vevey 2019/2020 par le Festival Images sur Vimeo.

 

Prix du Livre Images Vevey

Gloria Oyarzabal (Espagne)
Woman No Go’ Gree

    

Commentaire du jury :

« La proposition de livre de Gloria Oyarzabal comprend une combinaison captivante de ses propres images, une sélection de documents d’archives, ainsi qu’un long essai fondé sur ses recherches. Le projet s’attaque au défi d’appliquer des notions soi-disant universelles du féminisme occidental à des cultures dont les traditions sont fondamentalement différentes. Le jury a reconnu à l’unanimité que cette exploration du féminisme et des a priori raciaux et culturels était particulièrement pertinente à notre époque.

Gloria Oyarzabal

Gloria Oyarzabal (1971) s’est formée aux beaux-arts à la Universidad Complutense de Madrid, où elle vit et travaille actuellement. Après avoir vécu plusieurs années au Mali, l’artiste espagnole développe depuis une recherche sur la construction de l’idée de l’Afrique, les processus de colonisation et de décolonisation, avec un intérêt tout particulier pour les féminismes africains. Son travail a été exposé dans de nombreux festivals de photographie comme au FORMAT de Derby (GB), au Fotofestiwal de Lodz (PL), au LagosPhoto (NG) et aux Encontros da Imagem de Braga (PT).

Les commentaires du jury en vidéo

Images Vevey Book Award 2019/2020 par le Festival Images sur Viméo.

 

Prix Spécial du jury

Lei Lei (Chine)
Weekend

Né en 1985 à Nanchang (Chine) et basé à Los Angeles et Pékin.

  

Commentaire du jury :

« Le jury a décerné, à l’unanimité, son Prix Spécial du jury à l’artiste chinois Lei Lei pour son projet de vidéo et de collage, Weekend. «Installé à Los Angeles, Lei Lei possède une importante collection d’images provenant de magasins de seconde main et de magazines vintage, tels que le China Pictorial. Il isole, sélectionne et assemble ensuite des éléments de ce matériau, abordant de cette manière la différence entre une œuvre d’art et une archive, les souvenirs et les rêves. Il anime ensuite ses collages et compose une bande-son pour chacun d’entre eux, créant une histoire personnelle et hybride.»

Mention Lumière Broncolor

Benoît Jeannet (Suisse/Espagne)
Escape from Paradise

Né en 1991 à Neuchâtel (Suisse), où il vit et travaille actuellement.

Commentaire du jury :

« Le jury est heureux de décerner à l’unanimité la Mention Lumière Broncolor à Benoît Jeannet. Son projet, Escape from Paradise, présente une étude de l’iconographie et des mythes hawaïens. Dans le studio du photographe, l’île devient un laboratoire d’observation, un microcosme de l’histoire du XXe siècle : les plantations de la Dole Food Company, l’histoire de la chemise hawaïenne, l’invention de la bombe atomique, entre autres, façonné notre perception mentale de l’île de Hawaï. Ces éléments d’imagerie populaire fonctionnent comme des objets de propagande édulcorés.» Le jury a apprécié le travail en studio de Benoît Jeannet et sa façon de transformer ces éléments iconographiques, les transformant en objets photographiques sculpturaux.»

 

Mention Reportage Heidi.news

Jack Latham (Royaume-Uni)
Beggar’s Honey

Né en 1989 à Cardiff et actuellement basé à Bristol.

      

Commentaire du jury :

« À l’unanimité, le jury a tenu à distinguer Jack Latham pour sa contribution novatrice à la pratique documentaire contemporaine. Cette Mention Reportage Heidi.news permettra de lancer le nouveau projet de ce photographe, dont la pratique se fonde sur une recherche méthodique. Beggar’s Honey, s’intéresse au phénomène des Click Factories (« usines à clics ») qui se multiplient en Europe de l’Est et en Asie dans des entrepôts tenus secrets et dans lesquels des milliers de téléphones sont programmés pour influencer l’opinion publique en produisant en masse des likes et des commentaires, participant de façon insidieuse et indéniable à la crise des fake news

En attendant la concrétisation de ce projet reporté pour cause de COVID-19,  le lauréat a présenté le premier volet de son travail Beggar’s Honey – Chapter I : Latent Bloom au Festival Images Vevey 2020.

 

Autres soutiens à la création

En plus de l’organisation de son Grand Prix, Images Vevey s’associe à différents partenaires pour développer des bourses d’aide à la création photographique. Un jury d’expert·e·s indépendant·e·s décerne ces prix récompensant des projets artistiques conçus ou présentés à l’occasion du Festival Images Vevey.

La Bourse Nestlé

La Bourse Nestlé est un véritable laboratoire d’aide à la création réunissant les logiques événementielles d’un festival, économiques d’une multinationale et artistiques du lauréat. Attribuée tous les deux ans à l’un·e des photographes ayant soumis un dossier dans le cadre du Grand Prix international de photographie de Vevey, elle est depuis 2008 un engagement historique de Nestlé, partenaire officiel de Images Vevey.

Lauréat de la Bourse Nestlé 2019/2020 : Ruches de Aladin Borioli

Formé en arts visuels à l’ECAL/Ecole cantonale d’arts de Lausanne et en anthropologie à la Freie Universität Berlin, Aladin Borioli développe depuis 2014 un vaste corpus composé de photographies, vidéos, sons et de matériel ethnographique. Entre photographie, architecture, anthropologie et éthologie, son travail au long cours mélange subtilement approches artistique et scientifique. À l’occasion de la Bourse Nestlé, Images Vevey et RVB Books publie Ruches/Hives un ouvrage présentant une nouvelle histoire de la ruche à travers des centaines de documents d’archives. Ce glossaire visuel fascinant retrace la diversité des architectures inventées par les humains pour les abeilles sur la période qui va de 2400 avant l’ère commune à 1852, date du premier dépôt de brevet de la ruche dite “moderne”.

 

Festival Images Vevey 2020, Exposition de Aladin Borioli à La Forge. Photo : Laetitia Gessler

 

Parcours Bon à Tirer

Le parcours Bon à Tirer est un partenariat de la Fondation BAT Switzerland et du Festival Images Vevey pour soutenir la création contemporaine. Un jury d’expert·e·s décerne à l’un·e des photographes de moins de 40 ans de la programmation du Festival Images Vevey 2020 un chèque de CHF 5’000.- sous la forme d’un bon à tirer* qui permet de soutenir financièrement l’artiste ainsi que la réalisation de tirages qui entreront dans la collection du Musée suisse de l’appareil photographique à Vevey.

*bon à tirer terme technique utilisé en imprimerie pour qualifier l’épreuve contractuelle finale validée par la·le client·e, avant que ne soit lancée l’impression des documents commandés.

BAT Switzerland est une fondation d’utilité publique à but non lucratif qui vise statutairement à promouvoir des projets culturels et artistiques. Elle a attribué des bourses et remis des prix avec toujours pour objectif de rendre accessible des oeuvres de qualité à un large public. C’est pour prolonger cet esprit qu’elle a débuté, en 2020, avec le projet Bon à Tirer, un partenariat avec le Festival Images Vevey, plus grande biennale d’arts visuels de Suisse, défendant depuis une décennie la prise de risque artistique et l’accessibilité à l’art pour le plus grand nombre.

Les deux lauréates de cette édition sont :

Prix “Parcours Bon à Tirer” : Ablganz de Alina Frieske

Pour son projet Abglanz, Alina Frieske commence par récolter des visuels au grès de ses recherches sur les réseaux sociaux. À partir d’une vaste sélection d’instantanés et de selfies anonymes, l’artiste extrait des fragments qu’elle réarrange ensuite dans des photomontages numériques. Ces compositions résultent en une série de portraits et de natures mortes inspirés par l’histoire de la peinture. En détournant l’intention originelle des clichés récoltés, Frieske sensibilise le public à la question de l’accessibilité et de l’appropriation d’informations personnelles et intimes laissées à portée de tou·te·s sur internet.

Festival Images Vevey 2020, Abglanz de Alina Frieske, La Galerie. Photo : Emilien Itim

 

Prix “Coup de coeur” des collaborteur·rice·s de BAT Switzerland : La lueur du désastre de Stephanie Montes

Réalisée lors d’une résidence artistique du programme SMArt à Monthey au printemps 2020, dans le cadre d’un échange entre la Colombie et la Suisse, la série de Stephanie Montes intitulée La lueur du désastre prend forme lors de la période de confinement. Composant avec ces conditions de restriction particulières, l’artiste colombienne réalise des clichés de paysages esseulés qu’elle met en tension avec des images familiales noir et blanc datant de la première moitié du XXe siècle, récoltées dans des albums photo et sur diverses sources en ligne.

Festival Images Vevey 2020, La lueur du désastre de Stephanie Montes, Place Scanavin. Photo : Emilien Itim